Le BPJEPS – C’est quoi ?

Le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport est un diplôme d’État créé par le ministère français chargé de la Jeunesse, de l’Education Populaire et des Sports de niveau 4 enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Si vous choisissez de le passer il va vous falloir choisir une spécialité, il en existe beaucoup mais la plus générale est la spécialité « Loisirs Tous Publics » (LTP), c’est celle que j’ai choisi pour passer le mien.

Je l’ai passé avec un centre de formation qui a servi à délivrer certains cours et préparer mon passage aux 4 examens, notamment l’écriture des dossiers et des présentations orales. Je l’ai aussi passé avec un organisme d’accueil (alternance) qui a servi à délivrer tous les cours pratiques de terrain. Autant vous dire que c’est votre organisme d’accueil qui va prévaloir dans votre réussite, notamment votre tuteur ou tutrice de stage. Vous pouvez vous présenter aux examens avec un dossier qui n’est pas optimal mais si votre connaissance du terrain n’est pas bonne, c’est terminé.

UC, OI, Kézako ?

Depuis 2016 le nombre d’UC a changé pour la plupart des BPJEPS, il est passé de 10 UC à 4 UC. Pour mieux comprendre cette histoire d’UC, ça se compose comme ceci :

  • UC 1 : Encadrer tout public dans tout lieu et toute structure
    • OI 1-1 : Communiquer dans les situations de la vie professionnelle
    • OI 1-2 : Prendre en compte les caractéristiques des publics dans leurs environnements dans une démarche d’éducation à la citoyenneté
    • OI 1-3 : Contribuer au fonctionnement d’une structure

En gros pour faire simple, un UC c’est une Unité Capitalisable, pour la valider il y a trois objectifs intermédiaires à atteindre. Dans ces objectifs se cachent des critères d’évaluation à remplir, un peu comme des cases de compétences que l’on va valider.

OI 1-1 : Communiquer dans les situations de la vie professionnelle

OI 1-1-1 : Adapter sa communication aux différents publics : Le candidat explique les modalités de ses interventions lors de l’accueil des différents publics de la structure, quelles adaptations il prévoit selon son interlocuteur (enfants, adolescents, familles, partenaires …). Le candidat structure sa présentation orale.

OI 1-1-2 : Produire des écrits professionnels : Le candidat produit un dossier réalisé à l’aide d’un traitement de texte. La mise en forme du dossier démontre la maîtrise des fonctions de base d’un traitement de texte. Le dossier est ordonné, hiérarchisé et structuré. La syntaxe et l’orthographe de son écrit sont correctes.

OI 1-1-3 : Promouvoir les projets et actions de la structure : Le candidat présente au moins deux outils ou moyens prévus conçus par ses soins afin de promouvoir son projet.

OI 1-2 : Prendre en compte les caractéristiques des publics dans leurs environnements dans une démarche d’éducation à la citoyenneté

Ajout ??? : Le candidat connait les sources et valeurs de la citoyenneté française et leurs incidences sur sa pratique professionnelle. Il est porteur des valeurs de la République. Il peut présenter quelques actions à concevoir et conduire pour ses publics en ce sens.

OI 1-2-1 : Repérer les attentes et les besoins des différents publics : Le candidat connait les besoins, capacités et limites des différents publics accueillis en animation. Il connait les différents stades du développement de la personne. Le candidat a conçu ou utilisé des modes de repérages des attentes et/ou des besoins des publics de son projet et actions d’animation. Il présente et analyse les résultats de ses recherches et enquêtes sur les attentes et besoins.

OI 1-2-2 : Choisir les démarches adaptées en fonction des publics : Le candidat présente une analyse sociologique et culturelle des publics de sa structure ou de son projet. Le candidat fixe des objectifs réalistes, eu égard aux spécificités de son public. Il prévoit une pédagogie adaptée aux spécificités du public. Il connait au moins deux modes d’apprentissage distincts, leurs qualités et limites et des auteurs de référence sur ce sujet. Il prévoit des activités adaptées aux capacités motrices, cognitives ou aux besoins sociaux de son public.

OI 1-2-3 : Garantir l’intégrité physique et morale des publics : Le candidat connait les réglementations applicables à sa structure, relatives notamment à l’encadrement, au transport ou aux locaux. Le candidat garantie l’accueil des publics en activité par la prévision et vérifications en amont des risques. Il présente ses mesures de précautions prises systématiquement afin de prévenir ces risques. Il démontre la conscience de ses responsabilités et de son obligation de moyens.

OI 1-3 : Contribuer au fonctionnement d’une structure

OI 1-3-1 : Se situer dans la structure : Le candidat présente un organigramme des différents personnels de la structure et leurs interactions. Il connaît le profil de poste de chacun. Il situe sa place au sein de cette équipe et présente ses relations avec chacun.

OI 1-3-2 : Situer la structure dans les différents types d’environnement : Le candidat connait l’environnement institutionnel de sa structure. Il présente les partenaires institutionnels et leurs rôles. Il présente les autres partenaires et leurs liens avec la structure.

OI 1-3-3 : Participer à la vie de la structure : Le candidat connaît les différentes missions d’un animateur socioéducatif. Le candidat expose ses activités au sein de la structure, sa participation active aux réunions, comment il a été force de propositions.

Validation

Une fois que vous avez atteint tous les objectifs intermédiaires donc au total de neuf objectifs si j’ai bien compté, vous avez enfin acquis la première Unité Capitalisable ! Félicitations ! Parce qu’une fois validé, vous sauvegardez votre progression, c’est-à-dire que même si vous échouez aux prochains, vous n’avez pas à repasser celui-ci.

La conclusion

Autant vous dire que c’est la misère d’obtenir ce diplôme si vous n’êtes pas clairement passionnés par l’animation, on est dans quelque chose qui vous fera peut-être même perdre pied tant les remises en question de ses pratiques sont sérieuses, et la recherche sur le public y est importante.

Les trois autres UC sont :

  • UC 2 : Mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure
  • UC 3 : Conduire une action d’animation dans les activités de la mention ou de direction d’un accueil collectif de mineurs
  • UC 4 : Mobiliser les démarches d’éducation populaire pour mettre en œuvre des activités d’animation dans le champ de la mention ou de l’option

Si je dois compter le total des OI a obtenir dans les 4 UC, nous sommes à un total de 35 objectifs à valider dans des examens écrits, oraux et sur le terrain. Lorsque je vous dis que l’organisme d’accueil est importante, c’est pas une vanne.

Attention : Ce n’est pas par ce que vous avez votre BPJEPS que vous êtes un bon directeur/animateur, au contraire. Il y a cet élitisme latent qui ce ressent de la part de collègues BP avec qui j’ai pu travailler. Une valorisation excessive du terme d’animateur professionnel, un repos sur les lauriers, une confiance en soi exacerbée, etc… Ne jamais oublier qu’un diplôme n’est qu’un bout de papier, il garantit des compétences, mais ne garantit en rien l’application de ces compétences sur le terrain.

Si les autres objectifs vous intéressent n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je peux détailler le truc beaucoup plus mais je ne voulais pas que l’article fasse trente pages…

Source : Arrêté du 27 avril 2016 portant organisation de la spécialité « animateur » du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport | Décret n° 2016-527 du 27 avril 2016 relatif au brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut